Top
Bloc logo
blockHeaderEditIcon

KOESTLACH

Image-haut-de-page
blockHeaderEditIcon

Le presbytère de KoestlachLa maison Dimière de KoestlachLa chapelle des 3 chênes à KoestlachLes Bains Romains à Koestlach

Bloc adresse
blockHeaderEditIcon

Commune de Koestlach

1, rue des Romains
68480 Koestlach - France
Téléphone : 03 89 40 41 06
Courriel : mairie [@] koestlach.fr

Menu
blockHeaderEditIcon
Bloc-titre-eglise-st_leger
blockHeaderEditIcon

L'Eglise Saint Léger

Bloc logo groupe
blockHeaderEditIcon

KOESTLACH

Menu-patrimoine
blockHeaderEditIcon

Fil d'ariane navigation
blockHeaderEditIcon
Historique de l'Église St-Léger :
L'église St Léger de Koestlach
L'église est caractérisée par une ancienne tour, avec choeur, massive occidentée avec jours en archère et toit en batière. Le choeur est à chevet plat et petite nef avec entrée principale côté sud.
Dans la tour, on retrouve les culots d'angle avec des départs d'ogives au rez-de-chaussée.
Les chaînes d'angle sont visibles pour la nef ainsi que les quatres bandeaux sur la tour.
La sacristie se situe contre le mur nord de l'église.
 
Historique :
 
L'église datant du XIIe siècle, a été reconstruite au XVIIIe siècle (1668-1745).
La paroisse de Koestlach est déjà mentionnée en 1144.
De l'église primitive subsiste la tour romane dont le rez-de-chaussée servait de choeur et qui conserve des vestiges de voûte au rez-de-chaussée.
Kraus signale un ossuaire qui était gothique selon Hotz mais dont il ne subsiste aucun vestige.
Le clocher en bâtière, aux murs percés d'archères, s'inscrit dans le style roman fortifié.
L'église est mise sous la protection de Saint-Léger et des saintes Catherine et Marguerite, remplacées depuis par le saint secondaire Saint Blaise.
 
Incendié pendant la guerre de Trente Ans, l'édifice est partiellement reconstruit en 1668.
La porte principale est gravée de la date 1745, qui indique le début des travaux réalisés dans le choeur et dans la nef à trois travées.
L'église est consacrée en 1748 par le prince-évêque de Bâle.
 
Inscrit au patrimoine de France - N° notice : IA68002457 © Inventaire général, 1994.
 

MAITRE-AUTEL ET RETABLE :

 

Le Maître-Autel :

Le Maître-autel
Sculpteur : Franz Hermann
Peintre : Jean-Jacques Bulffer
L'Autel provient de l'abbaye de Lucelle, porte les statuettes de Saint Jean-Baptiste, des évangelises, des saints Grégoire le Grand, Ambroise avec la ruche (son attribut), Jérôme, Augustin avec l'aigle, et de la Vierge.
Les reliquaires sont ceux des martyrs Pierre, Barthélemy, Anne, Catherine et Lucie.
  
La glorification de Saint-Léger, patron de la paroisse, est peinte par le Thannois Jean-Jacques Bulffer (1744-1819), qui fait figurer l'église paroissiale au bas de son oeuvre.
 
 
 
 
 
 
 
 

Autels et Retables secondaires :
 

Transept gauche :
 
Peintre : Henrich Kayser
L'Autel secondaire du transept gauche est consacré à la Vierge.
La scène du Couronnement est peinte par le suisse Henrich Kayser. Le tableau est encadré par les statues des saintes Catherine d'Alexandrie, identifiées par la roue de son martyr, Barbe, Ursule et Thérèse d'Avila, accompagnée de son fils.
Une représentation de Sainte-Anne, accompagnée de sa fille Marie lors de la Présention au Temple, domine l'ensemble.

 

 

 

 

 

 
 
 
Transept droit :
Peintre : Mathias Jehl
L'autel secondaire du côté droit est consacré à Siant-Blaise, évoqué par le tableau réalisé en 1753 par Mathias Jehl.
Le peintre représente aussi Saint-Joseph et l'Enfant Jesus au niveau médian du retable. Les statues des Saints Pierre, Paul, Florian et Apollinaire, ainsi que le bas-relief consacré à Saint-Laurent en médaillon encadrent l'ensemble.

 

 

 

 
 
 
 
 

 

 
ORGUE :


Les orguesFacteur : Valentin Rinkenbach
Menuisier : Xavier Vetter
Matériaux : chêne : doré ; zinc

 

L'Orgue a été réalisé en 1838 par le facteur d'orgues Valentin Rinkenbach et le buffet par le menuisier Xavier Vetter de Bendorf. Il fut réparé en 1981 par Steinmetz.
 
L'orgue conserve son positif dans le dos, dont le fronton est orné d'une Vierge à l'Enfant baroque rapportée de l'Abbaye de Lucelle.
Cet instrument remplace un ancien instrument vendu à la commune de Zaessingue.

Statut juridique : propriété d'une association diocésaine.

en savoir plus sur l'Orgue Rinkenbach (www.patrimoine-de-france.org)
 

FONDS BAPTISMAUX :

 
Les fonds baptismauxLe serpent à la pomme, symbole de la mort, est sculpté au pied de la cuve. 
 
Les représentations sculptées du Christ ressuscité et de Jean-Baptiste illustrent la destination baptismale des fonts, dont l'eau symbolise la vie.
 
 
 
 
 
 
Pseudo :
User-Login
Votre E-mail
*